top of page

Halte à la distraction dans la circulation




Prendre quelque chose sur le siège arrière, conduire avec une seule main au volant ou au guidon, suivre des vidéos sur l’écran de la voiture, communiquer avec le téléphone à l’oreille ou sous le casque, régler le GPS ou une liste de lecture ou la radio, etc. Voilà autant de distractions auxquelles certains conducteurs sont abonnés sur nos routes. Ces distractions sont malheureusement des causes de nombreux accidents de circulation. Dans le but de sensibiliser les conducteurs sur ce mauvais comportement, la Direction des Transports Routiers et Ferroviaire (DTRF) a organisé un atelier à leur endroit ce jeudi 7 décembre 2023 à Lomé.


Porté sur le thème "Conduite et distraction", cet atelier entre dans le cadre de la commémoration de la 13ème Journée africaine de la sécurité routière..


Pour Dr Michel Komlan Tindano, Secrétaire général du ministère des Transports routiers, aériens et ferroviaires,  « l’analyse des données statistiques révèle que neuf accidents de la circulation sur dix sont essentiellement d’origine humaine. Parmi les comportements à risques, figurent l’excès de vitesse, le non-respect des feux tricolores, le refus de priorité, le manque de courtoisie et surtout la distraction des conducteurs au volant ». La distraction s’entend « tout ce qui peut réduire la vigilance ou la concentration du conducteur au volant ou au guidon » a précisé Monsieur Tadjudini Dermane, directeur des Transports routiers et ferroviaires.



« Les distractions réduisent la vigilance et nuisent à la prise de décision, ce qui peut entrainer des erreurs sur la route, des accidents évités de justesse ou des collisions. Elles constituent un risque majeur car lorsqu’il est distrait, un conducteur peut ne pas voir et saisir jusqu’à 50 % de l’information accessible dans son environnement de conduite. Ce qui compromet sérieusement la sécurité du conducteur, des passagers et des autres usagers de la route » a ajouté Dr Michel Komlan Tindano.


D’après certaines études, écrire un message au volant multiplie par 23 le risque d’accident et parler au téléphone le multiplie par 4.


Les Conducteurs et les représentants des organisations de conducteurs qui ont pris part à ces échanges ont déclaré avoir pris conscience du risque et sensibiliseront à leur tour leurs camarades à éviter ce genre de comportement. 

A LA UNE
PUBLIES RECEMMENT
bottom of page