INACTIVITE DES TRANSITAIRES AU PORT AUTONOME DE LOME / LA FESYTRAT, LA FTBC ET LE MMLK EXPRIMENT LEU

La Fédération syndicale des travailleurs des transports du Togo (FESYTRAT), la Fédération Togolaise des bois et de construction (FTBC) et le Mouvement Martin Luther King (MMLK) La Voix des sans voix, ne supportent plus d’assister passifs au bras de fer qui oppose les travailleurs transitaires du Port autonome de Lomé à l’Office Togolaise des recettes (OTR). Les trois organisations ont tenu à exprimer tout leur soutien à leurs camarades en situation d’injustice sociale. Ceci s’est fait à travers la signature conjointe d’une déclaration par les premiers responsables de ces trois organisations et leur présence aux côtés de leurs camarades à l’Assemblée générale organisée par les transitaires ce mardi 19 janvier 2016 dans la zone portuaire.


Pour Aziawor Yawo, porte-parole du collectif des syndicats des transitaires, cette Assemblée générale a pour but de mobiliser la base et d’informer leurs camarades des dernières évolutions de la situation. Depuis plus de deux semaines que l’accès aux guichets de l’OTR leur est interdit par le déploiement des forces de sécurité sur les lieux, aucun cadre de discussion formelle n’est ouvert entre les travailleurs et les autorités togolaises pour trouver des solutions aux problèmes. C’est pour cela que l’Assemblée générale a décidé de poursuivre le mouvement jusqu’à satisfaction de leur revendication, celle de pouvoir continuer librement leur activités sans l’obligation du port de badge de l’OTR dont l’obtention est subordonnée à l’appartenance à une société agréée de transit. Car, selon le porte-parole du collectif, l’agrément s’obtient contre le versement d’une somme de 25 millions de F Cfa tandis qu’une société agréée n’a droit qu’à 10 badges au maximum, alors que le nombre des transitaires « non agréés » s’élève à plus de 8000 aujourd’hui.


D’après ces transitaires, eux-mêmes seraient les premiers à avoir anticipé ce problème en se constituant en actionnaires pour créer une société tampon qui les rassemblerait tous. Cette société a été à ce jour récupérée par l’UPRAD Togo, et qui ne peut non plus obtenir plus de 10 badges.



Dans cette lutte pour préserver leur profession, les transitaires ont obtenu le soutien de la Fesytrat-Togo, de la FTBC et du MMLK, La voix des sans voix. Pour Emmanuel Agbénou, Secrétaire général de FESYTRAT-Togo et coordonnateur national de l’ITF-Togo, leur mobilisation aux côtés des transitaires sera d’autant plus forte que leur propre engagement à rester unis, solidaires et mobilisés le sera. Il leur a transmis les soutiens du Secrétaire Général de la CSTT et toute la confédération, ainsi que ceux des responsables régionaux et mondiaux de l’ITF. Il les a rassurés des démarches que ces derniers sont en train d’entreprendre à l’endroit des autorités togolaises pour la prise en compte de leurs préoccupations.


Pour Ayao Gbandjou, Secrétaire général de la FTBC, c’est pour exprimer la solidarité de sa fédération à leurs camarades transitaires qu’il a pris part à cette AG. Il a appelé les travailleurs à plus d’unité dans leur action pour parvenir à une issue meilleure.


Pour sa part, le Secrétaire administratif du MMLK, Agbenene Koffi parlant au nom de son président le Pasteur Edoh Komi, a salué l’engagement des travailleurs et leur a promis la présence de son mouvement à leur côté pour cette lutte. Dans la déclaration conjointe de soutien qu’il a lue, il a, au nom des trois organisations, appelé aux responsables de l’OTR d’ouvrir dans un bref délai les négociations avec les dirigeants syndicaux des transitaires en vue de trouver une solution définitive à cette crise.

Lire la déclaration complète

A LA UNE
PUBLIES RECEMMENT